L’Union européenne inflige 4,34 milliards d’euros d’amende à Google pour son Android

Bruxelles a infligé mercredi à Google une amende de 4,34 milliards d’euros, la plus lourde de son histoire, pour pratiques anticoncurrentielles dans le secteur des smartphones. Le géant de l’Internet a 90 jours pour mettre fin à ses agissements.

Android coûte cher à Google. Le populaire système d’exploitation pour smartphone est au cœur de l’amende record infligé au géant américain de l’Internet par l’Union européenne (UE), mercredi 18 juillet. Bruxelles lui a ordonné de payer 4,34 milliards d’euros pour pratiques illégales visant à abuser de sa position dominante dans le secteur du mobile. C’est près du double de la sanction de 2,4 milliards d’euros infligée en 2017 pour les pratiques jugées abusives de son comparateur d’achats en ligne Google Shopping.

La Commission européenne a conclu que les pratiques commerciales de Google avaient empêché d’autres systèmes d’exploitation pour smartphone d’émerger, et avaient cimenté la domination du groupe californien dans la recherche sur Internet. Elle a donné 90 jours à Google pour mettre fin à ces abus, sous peine de se voir infliger « des astreintes allant jusqu’à 5 % du chiffre d’affaires journalier moyen mondial ».

Concrètement, la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager estime que Google a « illégalement » lié l’installation de plusieurs de ses applications (comme le navigateur Chrome) sur un smartphone en contrepartie du droit d’utiliser le système d’exploitation Android. Les constructeurs de smartphones ont aussi, d’après Margrethe Vestager, reçu des « incitations financières » pour préinstaller la barre de recherche Google et ne pas offrir d’alternatives aux utilisateurs des smartphones Android.

Inscrivez vous à notre newsletter