Le commerce alimentaire connaît de profondes mutations depuis quelques années : remise en question du modèle de consommation de masse, multiplication des formats de distribution de proximité, développement des ventes via Internet et les drives. Les distributeurs redoublent d’efforts pour attirer les consommateurs dont les budgets sont de plus en plus contraints par les dépenses obligatoires (logement, assurances, communication). Les dépenses alimentaires deviennent une variable d’ajustement dans le budget des ménages.
Le CRÉDOC a renouvelé en 2012 une enquête réalisée en 2005 portant sur la connaissance des comportements des consommateurs : qui fréquente quel type de magasin, avec quelle fréquence d’achat ? Quelle est la satisfaction ressentie dans chaque type de circuit de distribution, quels sont les facteurs qui incitent le consommateur à les fréquenter ou bien à les éviter ? La confrontation des résultats de l’enquête à sept ans d’intervalle permet de mettre en évidence les évolutions intervenues dans ce domaine.
Si les hypers et supermarchés restent les circuits les plus fréquentés, les commerces alimentaires
spécialisés (boucheries, charcuteries… ), les magasins de surgelés et le hard-discount sont davantage plébiscités qu’il y a sept ans. Les consommateurs tendent aussi à diversifier leur parcours d’achat. Ils se rendent moins souvent dans chaque circuit mais fréquentent un plus grand nombre de formats de distribution. Par ailleurs, l’attention portée au prix se renforce nettement et la demande en faveur d’une offre de proximité progresse.

A. Dembo – P. Duchen

CONSOMMATION & MODES DE VIE N°CMV263

Source : https://www.credoc.fr/publications/plus-forte-frequentation-des-commerces-de-proximite-de-surgeles-et-du-hard-discount-more-customers-in-neighbourhood-shops-frozen-food-and-discount-stores

Réalisation création de site web casablanca